• Post Format Image
  • Notre tribune parue dans le journal municipal de septembre/octobre 2015

    AEPM1Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    1/ Des félicitations 

    Avant l’été, nous avons eu le plaisir d’assister à la remise des médailles Jeunesse et Sports à Marie-Claire LHERMET, Chantal MARICAL et Michel SAUVAGE pour leur implication reconnue à l’AFGA et à Martine HURE pour son engagement dans la vie associative.

    Sous l’égide du Département de Seine-Maritime, des diplômes « Bénévoles 76 » ont été remis à Alain CANTAIS, Samuel COVA, Catherine DAVID, Céline LE COQ, Fabienne MALANDAIN et Jean-Claude ZEDE. À tous les récipiendaires, nous adressons nos plus sincères félicitations pour leur dévouement et leur attachement à faire vivre l’esprit de convivialité à Montivilliers.

    2/ Des décisions arbitraires

    Nous aimerions tant que l’esprit d’échanges qui prévaut dans les associations se retrouve également dans la gestion de notre commune. Ce n’est malheureusement pas ce que nous vivons depuis l’arrivée de la droite en mars 2014. Pour la concertation et les débats participatifs : avec la droite, c’est « passez votre chemin ! ». Certains élus décident de tout en catimini. Le résultat, c’est l’entêtement !

    Pour la mise en œuvre des rythmes scolaires, nous avons déjà dénoncé la méthode.

    Le maire s’était bien gardé d’annoncer, durant la campagne électorale, qu’il ferait payer les activités aux familles. Nous avions fait le choix de la gratuité pour permettre l’égalité de tous et pour éviter de pénaliser les enfants issus de familles plus modestes.

    A peine élu, le maire avait imposé l’école le samedi matin jetant à la poubelle tout le patient travail de concertation avec les associations, les parents, les services et les enseignants … tout ça, pour revenir sur sa décision un an après !

    Nous venons d’apprendre que des agents municipaux en poste depuis des années dans telle école sont sommés de changer de lieu à la rentrée … alors qu’ils sont appréciés des équipes éducatives, des enfants et des familles ! Voilà typiquement le genre de décision autoritaire que nous dénonçons ! 

    Avec ces quelques lignes, nous avons une pensée solidaire pour le personnel municipal qui traverse en ce moment, pour certaines et certains, des moments douloureux alors qu’ils sont pourtant si dévoués au service de la Ville et des Montivillons.

    Autre exemple flagrant de l’absence d’écoute : nous n’avions pas voté pour l’adoption du règlement intérieur de la location de la salle Michel Vallery.

    En conseil municipal, nous avions souligné les problèmes qui ne manqueraient pas d’arriver en raison d’un règlement trop rigide … et les problèmes sont arrivés ! Des associations auraient dû payer des factures importantes suite à des spectacles organisés, ce qui leur aurait généré des difficultés de trésorerie. Résultat : il est nécessaire de revoir la copie … nous l’avions pourtant prédit !

    Au conseil municipal de juin, la droite a décidé qu’il ne sera plus possible de faire des repas en louant la salle de l’école Louise Michel. Tout le monde n’a pas forcément les moyens d’avoir son traiteur. Les Montivillons font régulièrement état d’un manque de salles à louer. Il était déjà difficile de faire la fête à Montivilliers pour un mariage, un baptême, un anniversaire … Et bien, il y aura une salle de moins ! La dernière salle pour organiser un repas en famille ou entre amis, c’est la salle Henri Matisse. Sera-t-elle aussi supprimée ?

    3/ Une proposition de délibération en faveur des personnes handicapées ou invalides 

    Voici le courrier que nous avons adressé à M. le Maire :

    « Les dispositions de l’article 1411 II. 3 bis. du code général des impôts permettent à un conseil municipal d’instituer un abattement spécial à la base de 10% de la valeur locative moyenne des habitations en faveur des personnes handicapées ou invalides.

    Notre commune n’a pas encore adopté cette possibilité. Des Montivillons pourraient y prétendre si notre collectivité adoptait une délibération en ce sens. Pour en bénéficier, le redevable de la taxe d’habitation doit satisfaire à au moins une des conditions suivantes :

             1- être titulaire de l’allocation supplémentaire d’invalidité

             2- être titulaire de l’allocation aux adultes handicapés

             3- être atteint d’une infirmité ou d’une invalidité l’empêchant de subvenir par son travail aux nécessités de l’existence

             4- être titulaire de la carte d’invalidité

             5- occuper son habitation principale avec des personnes visées ci-dessus aux 1 à 4

    Nous vous sollicitons afin d’étudier ce projet qui, nous l’espérons, recueillera votre assentiment. En effet, les personnes handicapées ou invalides ont en général de faibles revenus, du fait d’un travail souvent à temps partiel, de professions à faibles rémunérations et de carrières incomplètes. Pourtant ces personnes doivent se loger comme les autres, aussi, un abattement de la Taxe d’habitation nous parait être une mesure favorable à l’allègement de leurs charges. »

    4/ Une précision et un constat

    Notre tribune est envoyée environ trois semaines avant la diffusion du magazine. Le maire écrit donc son édito après avoir reçu notre texte. Chacun aura noté que dans le précédent numéro, M. Fidelin n’avait pas apprécié que nous dénoncions l’achat de places VIP pour le Stade Océane. Nous avions pourtant écrit et nous le redisons ici que nous approuvons l’achat de places pour des jeunes (le budget est de 1 000 €). Assez bizarrement, le maire ne s’est pas appesanti sur les 4 000 € (2 000 € sur le Club Entreprises et 2 000 € imputés au service communication). C’est sur ces sommes-là qu’il eut été pourtant intéressant de lire son avis …  Un silence presque assourdissant !

    5/ Message d’information civique

    Les députés ont adopté une proposition de loi qui pourrait contribuer à limiter l’abstention lors du scrutin des Régionales des 6 et 13 décembre. Les listes électorales seront exceptionnellement rouvertes jusqu’au 30 septembre.

    Cette mesure permettra à ceux qui auraient déménagé depuis le 1er janvier, qui auraient obtenu le droit de vote ou qui ne seraient pas encore inscrits sur les registres communaux, de le faire et de glisser un bulletin dans l’urne en décembre. Près de 3 millions de Français disposant du droit de vote ne sont inscrits sur aucune liste électorale, soit 7 % du corps électoral français. Alors, c’est le moment d’en parler autour de vous. En décembre 2015, on vote pour la Normandie !

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition

    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL – Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI




Powered by TROTTYZONE.