Tribune parue dans le journal municipal de janvier/février 2015

AEPM1Notre tribune rédigée le 8 décembre 2014 pour le Montivilliers Magazine : Numéro de janvier / février 2015

Madame, Monsieur,

Chers habitants de Montivilliers,

En ce mois de janvier, nous souhaitons vous adresser tous nos meilleurs vœux à vous et vos proches pour l’année 2015. Qu’elle vous soit heureuse et source d’épanouissement. Nous espérons surtout que le monde dans lequel nous vivons reprendra des couleurs, celles de la tolérance et de la paix en particulier.

A Montivilliers, nous avons pu constater que malheureusement les convictions religieuses, aussi respectables soient-elles par ailleurs, prennent parfois le pas sur l’action publique. Nous avions déjà dénoncé que, par idéologie, l’association Amnesty International était persona non grata dans notre ville. En décembre, ce fut tout aussi grave avec la semaine de prévention contre le SIDA avec distribution de brochures et de préservatifs (seul moyen efficace de se protéger des IST pour celles et ceux qui ont des rapports sexuels). A Montivilliers, l’élue en charge de la jeunesse a manifesté son désaccord à la mise à disposition de préservatifs. Nous voulons ici dénoncer ce positionnement ô combien dangereux à l’heure de la recrudescence de l’épidémie. Soulignons que cette prise de position extrême n’est pas partagée par l’ensemble des élus de droite et à cet égard, nous remercions notamment les adjointes qui sont intervenues pour permettre que l’action de prévention puisse de se poursuivre.

Au travers de cet épisode qui s’ajoute à d’autres sur la culture et la jeunesse, n’y aurait-il pas clairement un problème de choix de personne pour exercer ce mandat ?

En tant qu’élus de gauche, nous tenons ici à rappeler notre opposition la plus ferme à tous les extrémismes qu’ils se réclament des idéologies religieuses ou des mouvances politiques n’ayant que la haine de l’autre comme horizon. L’intolérance est un phénomène qui a connu un regain dans notre société. La Loi du « mariage pour tous » a révélé les archaïsmes les plus profonds. La remise en cause d’un droit fondamental pour les femmes comme celui à l’avortement sont tout aussi inquiétants. Le racisme, l’homophobie, l’antisémitisme et la xénophobie vont croissant portés par des groupuscules mais aussi par des formations politiques qui ont pourtant pignon sur rue.

Contrairement à ce qu’elle veut faire croire, l’extrême droite n’a pas changé. Elle profite des doutes qui existent et des incertitudes qui gagnent notre société. Osons le dire et le répéter : il ne faut pas se résoudre à se laisser berner et endormir par le FN, parti d’extrême droite, qui n’apporte que des fausses solutions. Le FN, cette entreprise familiale, prospère non pas pour s’intéresser au quotidien des habitants, c’est bien là son dernier souci !

Nous en avons un exemple à Montivilliers avec l’élu d’extrême droite qui s’est présenté aux législatives en 2012 dans le Calvados, aux municipales en mars dans notre ville et qui a été tête de liste aux européennes en Bretagne-Vendée !

Pour vous en convaincre, il suffit de lire sa précédente tribune dans laquelle il n’a parlé que de lui en remettant en cause, de manière honteuse, le service communication qui est pourtant exemplaire dans son travail et son sérieux. Toujours la même tactique de s’en prendre aux autres pour mieux masquer son propre vide !

Croyez-vous, chers Montivillons, que le FN s’intéresse à vous ? Que nenni !

Le représentant de l’extrême-droite au conseil municipal nous en a donné l’occasion en séance d’octobre. Il s’est opposé la création d’un conseil municipal des jeunes. Il ne perçoit pas les enfants comme des citoyens en devenir. Selon lui, ils n’ont rien à dire et ne doivent pas se mêler de la vie de la cité. Au contraire, nous, nous pensons que c’est un moyen de leur faire confiance et de les aider à se faire leur place dans la vie.

Sur ce sujet d’ailleurs, nous voulions dire que nous approuvons certaines initiatives de la majorité de droite, par exemple le conseil municipal des jeunes ou le conseil économique et social municipal. Nous le faisons d’autant plus volontiers que ces propositions figuraient dans le programme que nous avions élaboré de manière collective. Cela ne nous pose pas de problème que la droite vienne s’inspirer de notre travail.

Cela nous amène à évoquer un point sur lequel le maire de la ville n’est pas à l’aise : la démarche participative. Nous l’avions déjà dit lorsqu’il censure la diffusion des décisions du bureau municipal à l’ensemble des élus (il est vrai que comme cela il peut tout diriger sans contestation possible). Nous le constatons à nouveau sur les projets d’urbanisme. Ce n’est pas spontanément que le maire a organisé une réunion publique avec les riverains sur le projet de 59 logements situés au 48 rue Victor Lesueur. Nous l’avions préconisée en conseil municipal de septembre. De manière unanime, chacun dénonce le projet du promoteur : hauteur des constructions, sécurité, circulation et stationnement déjà difficiles dans la rue, impact sur la nature (arbres et ruisseaux) … Nous encourageons le maire à tout mettre en œuvre pour contrecarrer ce projet.

La fin d’année oblige à regarder dans le rétroviseur et de constater les mauvais coups que le maire UMP et son équipe ont déjà portés à notre belle ville :

  • augmentation de 13% des indemnités des adjoints

  • Suppression du projet de salle de spectacles culturels

  • Baisse de 53% de la subvention allouée à l’épicerie sociale pour les plus modestes

  • Fragilisation du pouvoir d’achat des familles en leur facturant les temps d’activités pédagogiques et instauration sans concertation du samedi matin pour les enfants

Vraiment nous voyons bien que la Droite et la Gauche ce n’est pas pareil. En mars prochain, ce sont les élections départementales. Dans notre canton, les Montivillons voteront pour élire leurs représentants pour les défendre au Département de Seine-Maritime. Il vous faudra vous souvenir et choisir des élus proches de vous !

A l’heure de la rédaction de cette tribune, nous apprenons avec tristesse la disparition de Laurent Lebarq qui a été élu au Conseil Municipal de 1989 à 2008 sous les mandats de Michel Valléry et de Gabriel Banville. Il était une figure connue et appréciée dans la cité des Abbesses. Durant 16 années, il fut Adjoint au Maire chargé des Sports et des associations non culturelles. Les responsables de l’Office municipal des Sports, les sapeurs-pompiers, les présidents des associations savaient que son bureau était toujours ouvert. Nous avons une pensée pour son épouse Fabienne, ses trois filles Delphine, Laëtitia et Mélanie et ses petits-enfants.

Nous restons à votre disposition et vous disons à très bientôt.

Bien cordialement,

Les élus de l’Opposition de gauche

Jérôme DUBOST (Parti Socialiste) – Martine LESAUVAGE (Société civile) – Pascal DUMESNIL (Parti Socialiste) – Nada AFIOUNI (Parti Socialiste) – Fabienne MALANDAIN (Europe Écologie Les Verts) – Nordine HASSINI (Parti Socialiste)



Powered by TROTTYZONE.