• Lettre aux Normands

    WiOlvta

    Chère Madame, Cher Monsieur,

      Vendredi 13 novembre dernier, à Paris, notre République a été lâchement et violemment attaquée. Liberté, égalité, fraternité, laïcité ne sont pas uniquement des mots, ce sont des valeurs que nous chérissons et partageons au quotidien. Ce sont ces valeurs, socle de notre identité, qui ont été et sont toujours la cible des terroristes.

      La douleur qui s’est abattue sur la France est incommensurable. Nos pensées vont vers les victimes, leurs familles, leurs proches. Nous leur exprimons notre profonde tristesse et leur adressons tout notre soutien. Nous saluons l’action du Président de la République, François Hollande, et du Gouvernement, derrière lesquels la Nation toute entière doit se rassembler. Nous tenons également à saluer le travail exemplaire de toutes les forces de sécurité, policiers, gendarmes, militaires, mais également pompiers, médecins, infirmiers et personnels de santé, qui ont agi avec efficacité et responsabilité.

      Ces attentats ont suscité une vive émotion, à travers notre pays mais également dans le monde entier. Face à l’obscurantisme, notre Nation doit être unie, solidaire. Face à la barbarie, nous ne cèderons jamais. Notre réponse pour protéger tous nos concitoyens et combattre la menace terroriste sera extrêmement déterminée et ferme.
    Sur décision du Président de la République, trois journées de deuil national ont été observées dans tout le pays les 15, 16 et 17 novembre. Dès le soir des attentats, nous avons, les premiers, suspendu notre campagne pour les élections régionales. C’était une question de décence. C’était la moindre des choses.

      Comme l’a dit le Chef de l’Etat, le rythme de la démocratie ne doit pas être soumis au chantage du terrorisme. Répondre à la barbarie, c’est aussi cela : montrer que notre République est debout, vivante. Le Président Hollande et le Gouvernement ont confirmé le calendrier électoral : lancement officiel de la campagne le lundi 23 novembre, tenue des élections régionales les 6 et 13 décembre. Conformément à ce calendrier, nous reprendrons notre campagne le lundi 23 novembre. Dès à présent, nous sommes comme Présidents de Région aux côtés des Normands pour les écouter et les rassurer. C’est la meilleure réponse que l’on puisse apporter.

      Ces événements tragiques doivent tous nous faire réfléchir, sans tabou, avec lucidité et sans amalgame, pour défendre et renforcer notre pacte républicain en refusant tout extrémisme. La France est une grande République. La France est un pays d’ouverture, de tolérance. C’est ce qui fait de nous ce que nous sommes. C’est ce qui fait que la France porte dans le monde une voix unique, respectée, écoutée.

      La Normandie a une Histoire singulière. Elle a été en Europe la première terre de liberté, de paix, de fraternité des peuples. Elle doit continuer de montrer la voie. Il n’y a pas de place pour la haine en Normandie.

      Depuis plusieurs années, dans le cadre des compétences régionales, nous menons avec nos partenaires une politique volontariste en faveur de l’Education, de la Culture, de la prévention et de la lutte contre les discriminations, en particulier dans les lycées, avec les associations, mais aussi en faveur des Droits de l’Homme et de la coopération décentralisée avec d’autres régions du monde. L’objectif est de sensibiliser les jeunes à la tolérance, à l’écoute, au respect de l’autre ; de promouvoir le développement d’une citoyenneté ouverte sur le monde, active, respectueuse des diversités culturelles et fondée sur des valeurs communes.

      Parce que nous avons tous un rôle à jouer et que la Région doit prendre toute sa part, nous souhaitons poursuivre et amplifier ces actions. Vous pouvez compter sur nous pour porter la voix d’une Normandie unie et solidaire.

    Sincèrement à vous,

    azea



  • Notre tribune de Novembre / Décembre 2015

    AEPM1

    Cher(e)s habitant(es) de Montivilliers,

    Une ambiance morose ; l’ombre persistante de la chasse aux sorcières !

    A l’issue de l’élection municipale de 2014, le maire avait indiqué qu’il ne procéderait à aucune chasse aux sorcières. Hélas, ce ne fut qu’une parole en l’air.
    En mars dernier, une organisation professionnelle posait un terrible diagnostic : « souffrance, mal-être, pressions » ; des mots forts auxquels nous n’avions jamais été habitués à Montivilliers.

    Nous avions interrogé le Maire sur la manière dont il comptait répondre face à la détresse ressentie par les agents. Nous n’avions reçu aucune réponse écrite.

    La situation s’est terriblement dégradée. Des agents ont quitté la ville ; d’autres ont été sommés de la quitter. Trois exemples navrants pour illustrer comment la droite a semé la défiance et un profond malaise :

    1/ Sans raison apparente, le Maire ne voulait pas renouveler le contrat de travail du responsable chargé notamment de la qualité, de la sécurité au travail, des risques majeurs. C’est le jour de son départ en vacances que cet agent a appris que les missions liées à son contrat prendraient fin.
    Se moquant du respect des procédures légales, la droite n’est heureusement pas parvenue à « virer » cet agent connu pour son professionnalisme. Nous ne voyons là que mépris !

    2/ Nous découvrons la situation confuse au service communication qui pourtant fonctionnait de manière harmonieuse jusqu’en 2014. Nous assistons à un mélange des genres entre le rôle des élus et le travail des techniciens. Le syndicat indiquait que l’adjointe chargée de la communication s’était installée dans le bureau de la responsable du service !
    Lorsque l’agent reprend son poste après un congé maternité, elle apprend qu’elle va être affectée à un nouveau service dénommé « événementiel »… dont elle devient la seule employée ! Elle n’était évidemment pas volontaire pour être ainsi mise au placard. Qualifiée et compétente dans son domaine mais aussi reconnue pour son dynamisme, elle vient de quitter, à regret, notre collectivité.

    3/ Vous l’avez sans doute appris par la presse, le Directeur Général des Services a été limogé. La confirmation fut faite avec froideur en fin du conseil municipal. Humiliante, la sentence fut lue en 30 secondes. Oui, 30 secondes pour expédier 35 années de la carrière professionnelle d’un homme, arrivé à deux ans de sa retraite !
    Le DGS occupe un poste spécifique. Un maire nouvellement élu dispose de six mois pour en changer.
    A Montivilliers, c’est un an et demi après que le maire a congédié Monsieur Rémy BONMARTEL dont chacun s’accorde à lui reconnaître une très bonne connaissance des dossiers concernant notre ville.

    Par ce renvoi, le Maire commet une grave erreur de jugement et de management.

    Cette improvisation entraîne des conséquences pour la ville, notamment financières. Notre ville sera amenée à payer, au regard de la Loi, deux salaires pour un même poste puisqu’un nouveau DGS sera recruté et que le DGS limogé continuera d’être indemnisé.

    Et que penser des déclarations cyniques de M. FIDELIN décrivant M. BONMARTEL comme « un homme compétent, professionnel et sympathique » … autant de qualités qui l’ont pourtant conduit à le limoger ?

    Nous dénonçons ici le caractère abusif de certaines décisions frappant des employés qui n’ont pas démérité dans leur engagement professionnel au service de la ville et de ses habitants. Nous dénonçons ici la regrettable improvisation dans la gestion des ressources humaines. Parmi les agents, qui sera le/la prochain(e) sur la liste ? Comment voulez-vous que les employés puissent remplir au mieux leurs missions de service à la population s’ils doivent s’inquiéter d’être déplacés selon le fait du prince ?

    Le Centre Social Jean Moulin continuera de s’appeler ainsi. Ouf !

    Dans le dernier numéro, il y avait un encart invitant à rebaptiser le Centre Social Jean Moulin. Remettre en cause cette figure historique de la Résistance a semé le trouble.

    Le Maire a fait machine arrière. Sage décision.

    Visiblement, il s’agissait d’une information incomplète. Décidément, que de problème dans la communication … c’est un domaine qui ne s’improvise pas. Nous demandons au Maire d’être vigilant avec la nouvelle rédactrice en chef du magazine … qui n’est autre qu’une de ses Adjointes !
    Attention à la confusion des genres ; la communication ne doit pas être confondue avec la propagande au risque d’entraîner de nouvelles bévues.

    Montivilliers s’honorera d’accueillir une famille de migrants fuyant la mort

    La France accueillera 24 000 réfugiés venus de Syrie et d’Irak. Ces derniers fuient la barbarie de l’État Islamique qui sème son idéologie totalitaire. Les réfugiés cherchent en Europe le secours et la liberté.

    Le Maire a annoncé que Montivilliers pourrait accueillir une famille de réfugiés. Nous soutenons cette initiative. Dans son histoire, la France a accordé l’asile aux rescapés du génocide arménien ou rwandais, aux républicains espagnols, à des dissidents de régimes dictatoriaux. Aujourd’hui, ces femmes et ces hommes doivent échapper avant tout à la mort.

    Les virades de l’Espoir, vaincre la mucoviscidose

    Cette année encore, nous avons pu constater l’énergie déployée par des dizaines de bénévoles dans la lutte contre la mucoviscidose avec un événement organisé à Montivilliers pour récolter des fonds contre la maladie.
    Nous adressons nos chaleureuses salutations à Madame LE GONIDEC et à travers elle, à tous les bénévoles pour leur implication dans la réussite de ces Virades de l’Espoir.

    Dernière minute : le bling-bling à Montivilliers, ça continue !

    Après l’augmentation des indemnités des élus (toute première décision financière prise par la droite), après la soirée confidentielle à 4 800 euros avec un économiste, après les places en loge VIP au Stade Océane (2 000 € pour le Club Entreprises et 2 000 € pris sur le budget du service communication … tiens donc encore la communication !), voici que la Ville de Montivilliers (bien connue pour sa façade maritime !) aura son stand à la Transat Jacques Vabre du Havre ! Coût de l’opération : 7 546 euros !

    Montivillons, sachez que certains élus de la majorité aiment être aux premières loges … tant pis si cela se fait sur le dos du contribuable en augmentant le prix des repas à la cantine ou en faisant payer les T.A.P aux familles !

    Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84

    Les élus de l’Opposition :
    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL
    Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



  • Notre tribune parue dans le journal municipal de septembre/octobre 2015

    AEPM1Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    1/ Des félicitations 

    Avant l’été, nous avons eu le plaisir d’assister à la remise des médailles Jeunesse et Sports à Marie-Claire LHERMET, Chantal MARICAL et Michel SAUVAGE pour leur implication reconnue à l’AFGA et à Martine HURE pour son engagement dans la vie associative.

    Sous l’égide du Département de Seine-Maritime, des diplômes « Bénévoles 76 » ont été remis à Alain CANTAIS, Samuel COVA, Catherine DAVID, Céline LE COQ, Fabienne MALANDAIN et Jean-Claude ZEDE. À tous les récipiendaires, nous adressons nos plus sincères félicitations pour leur dévouement et leur attachement à faire vivre l’esprit de convivialité à Montivilliers.

    2/ Des décisions arbitraires

    Nous aimerions tant que l’esprit d’échanges qui prévaut dans les associations se retrouve également dans la gestion de notre commune. Ce n’est malheureusement pas ce que nous vivons depuis l’arrivée de la droite en mars 2014. Pour la concertation et les débats participatifs : avec la droite, c’est « passez votre chemin ! ». Certains élus décident de tout en catimini. Le résultat, c’est l’entêtement !

    Pour la mise en œuvre des rythmes scolaires, nous avons déjà dénoncé la méthode.

    Le maire s’était bien gardé d’annoncer, durant la campagne électorale, qu’il ferait payer les activités aux familles. Nous avions fait le choix de la gratuité pour permettre l’égalité de tous et pour éviter de pénaliser les enfants issus de familles plus modestes.

    A peine élu, le maire avait imposé l’école le samedi matin jetant à la poubelle tout le patient travail de concertation avec les associations, les parents, les services et les enseignants … tout ça, pour revenir sur sa décision un an après !

    Nous venons d’apprendre que des agents municipaux en poste depuis des années dans telle école sont sommés de changer de lieu à la rentrée … alors qu’ils sont appréciés des équipes éducatives, des enfants et des familles ! Voilà typiquement le genre de décision autoritaire que nous dénonçons ! 

    Avec ces quelques lignes, nous avons une pensée solidaire pour le personnel municipal qui traverse en ce moment, pour certaines et certains, des moments douloureux alors qu’ils sont pourtant si dévoués au service de la Ville et des Montivillons.

    Autre exemple flagrant de l’absence d’écoute : nous n’avions pas voté pour l’adoption du règlement intérieur de la location de la salle Michel Vallery.

    En conseil municipal, nous avions souligné les problèmes qui ne manqueraient pas d’arriver en raison d’un règlement trop rigide … et les problèmes sont arrivés ! Des associations auraient dû payer des factures importantes suite à des spectacles organisés, ce qui leur aurait généré des difficultés de trésorerie. Résultat : il est nécessaire de revoir la copie … nous l’avions pourtant prédit !

    Au conseil municipal de juin, la droite a décidé qu’il ne sera plus possible de faire des repas en louant la salle de l’école Louise Michel. Tout le monde n’a pas forcément les moyens d’avoir son traiteur. Les Montivillons font régulièrement état d’un manque de salles à louer. Il était déjà difficile de faire la fête à Montivilliers pour un mariage, un baptême, un anniversaire … Et bien, il y aura une salle de moins ! La dernière salle pour organiser un repas en famille ou entre amis, c’est la salle Henri Matisse. Sera-t-elle aussi supprimée ?

    3/ Une proposition de délibération en faveur des personnes handicapées ou invalides 

    Voici le courrier que nous avons adressé à M. le Maire :

    « Les dispositions de l’article 1411 II. 3 bis. du code général des impôts permettent à un conseil municipal d’instituer un abattement spécial à la base de 10% de la valeur locative moyenne des habitations en faveur des personnes handicapées ou invalides.

    Notre commune n’a pas encore adopté cette possibilité. Des Montivillons pourraient y prétendre si notre collectivité adoptait une délibération en ce sens. Pour en bénéficier, le redevable de la taxe d’habitation doit satisfaire à au moins une des conditions suivantes :

             1- être titulaire de l’allocation supplémentaire d’invalidité

             2- être titulaire de l’allocation aux adultes handicapés

             3- être atteint d’une infirmité ou d’une invalidité l’empêchant de subvenir par son travail aux nécessités de l’existence

             4- être titulaire de la carte d’invalidité

             5- occuper son habitation principale avec des personnes visées ci-dessus aux 1 à 4

    Nous vous sollicitons afin d’étudier ce projet qui, nous l’espérons, recueillera votre assentiment. En effet, les personnes handicapées ou invalides ont en général de faibles revenus, du fait d’un travail souvent à temps partiel, de professions à faibles rémunérations et de carrières incomplètes. Pourtant ces personnes doivent se loger comme les autres, aussi, un abattement de la Taxe d’habitation nous parait être une mesure favorable à l’allègement de leurs charges. »

    4/ Une précision et un constat

    Notre tribune est envoyée environ trois semaines avant la diffusion du magazine. Le maire écrit donc son édito après avoir reçu notre texte. Chacun aura noté que dans le précédent numéro, M. Fidelin n’avait pas apprécié que nous dénoncions l’achat de places VIP pour le Stade Océane. Nous avions pourtant écrit et nous le redisons ici que nous approuvons l’achat de places pour des jeunes (le budget est de 1 000 €). Assez bizarrement, le maire ne s’est pas appesanti sur les 4 000 € (2 000 € sur le Club Entreprises et 2 000 € imputés au service communication). C’est sur ces sommes-là qu’il eut été pourtant intéressant de lire son avis …  Un silence presque assourdissant !

    5/ Message d’information civique

    Les députés ont adopté une proposition de loi qui pourrait contribuer à limiter l’abstention lors du scrutin des Régionales des 6 et 13 décembre. Les listes électorales seront exceptionnellement rouvertes jusqu’au 30 septembre.

    Cette mesure permettra à ceux qui auraient déménagé depuis le 1er janvier, qui auraient obtenu le droit de vote ou qui ne seraient pas encore inscrits sur les registres communaux, de le faire et de glisser un bulletin dans l’urne en décembre. Près de 3 millions de Français disposant du droit de vote ne sont inscrits sur aucune liste électorale, soit 7 % du corps électoral français. Alors, c’est le moment d’en parler autour de vous. En décembre 2015, on vote pour la Normandie !

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition

    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL – Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



  • Notre tribune parue dans le journal municipal de mai/juin 2015

    AEPM1

    Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    Un an après les municipales, les Montivillons sont retournés aux urnes pour élire le nouveau Conseil Départemental de Seine-Maritime (anciennement appelé Conseil Général).

    Au soir du 1er tour, le 22 mars 2015, c’est le binôme de gauche conduit par Jérôme Dubost et Nacéra Vieublé qui est arrivé en tête dans notre commune devant celui de l’Ump qui avait pourtant déployé deux adjoints au Maire et qui était soutenu activement par Monsieur Fidelin. C’est la première fois que la droite, lors d’un scrutin à portée locale, obtient un score si faible et ce, un an seulement après les élections municipales.

    Dimanche 29 mars, lors du 2ème tour des élections départementales, les électrices et les électeurs ont élu Jérôme Dubost et Nacéra Vieublé dans le cadre d’un rassemblement républicain contre le FN. Pour ce second tour, sur la totalité de notre canton 15 qui regroupe Montivilliers, Harfleur, Caucriauville et Rouelles, ils ont obtenu 61,74 % des voix.

    Dans le détail :

    • à Harfleur : 56.36 %
    • au Havre (Rouelles et Caucriauville) : 59.97 %
    • à Montivilliers : 64.52 %

    À Montivilliers, notre groupe se réjouit que les candidats du rassemblement républicain aient été en tête dans tous bureaux de vote : 12/12.

    Cette victoire sur ce canton est ternie par trois déceptions :

    • un vote important pour l’extrême-droite
    • un taux de participation faible
    • et le basculement à droite du Département de Seine-Maritime

    Les élus du groupe municipal « Agir ensemble pour Montivilliers » sont confortés dans l’idée que nous devons continuer de travailler de manière soudée. Dans le respect de nos sensibilités différentes, nous sommes convaincus de l’importance d’un rassemblement de toutes les composantes de la gauche. C’est valable ici à Montivilliers comme cela devrait l’être ailleurs. À cet égard, nous reprenons la formule de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, Président de la Région Haute-Normandie : « Quand la gauche se fracture, la gauche paie la facture ».

    Chacun, à son niveau, doit participer au débat et redonner goût à l’action citoyenne. Il est urgent de faire de la politique autrement parce que les habitants ont perdu confiance.

    Nous sommes consternés par le score du FN à ces élections et ce, quelques semaines après les attentats qui ont ensanglanté notre pays et la forte mobilisation citoyenne qui s’en était suivie. Nous espérions que l’élan citoyen permettrait de faire barrage au parti d’extrême-droite qui ne fait que distiller la haine. L’entreprise familiale Le Pen surfe toujours autant sur un discours raciste, sexiste, homophobe et antisémite. Les élus FN ne connaissent pas les habitants pas plus qu’ils ne connaissent notre région, notre département, notre canton et notre ville.

     

                Message personnel de Jérôme Dubost :

    « Je veux remercier ici chaleureusement les Montivillons qui m’ont accordé leur confiance et adresser un amical remerciement aux nombreux volontaires, militants et sympathisants pour m’avoir accompagné dans cette nouvelle aventure électorale. Si je suis ravi d’avoir été élu conseiller départemental, je suis attristé de ne pas siéger dans une majorité de gauche au Département de Seine-Maritime. J’ai accepté de m’engager dans cette campagne aux côtés de Nicolas Rouly, convaincu par la sincérité de l’homme, par le bilan de la gauche depuis 11 années mais aussi par un projet ambitieux pour la Seine-Maritime de demain. À un canton près et à cause des divisions à gauche, c’est la droite qui reprend la présidence de cette collectivité. J’aborde cette nouvelle fonction élective avec honneur, humilité et sens des responsabilités. En tant que conseiller départemental, je veux être un facilitateur pour celles et ceux qui, particuliers, institutions, artisans ou associations auront besoin des services du Département. La proximité, la pédagogie, le sens de l’équipe et le contact direct ont été essentiels durant notre campagne. Je souhaite maintenir ces valeurs fortes durant le mandat qui m’a été confié par les électrices et les électeurs.

    Proches de vous n’est pas qu’un slogan, c’est notre identité et elle doit demeurer pendant les six prochaines années. La présence sur le terrain et la proximité avec les habitants doivent être indispensables pour tout élu et plus que nécessaires aujourd’hui pour retrouver la confiance des électeurs. Personnellement, j’y mettrai toute mon énergie en tant que conseiller départemental. Vous pouvez me contacter sur cette adresse courriel : jerome.dubost@seinemaritime.fr »

    Lors du Conseil municipal du 30 mars, nous avons voté contre le budget proposé par la majorité de droite. Nous avons déjà expliqué, dans notre précédente tribune, les raisons de cette opposition. Si nous avions été élus, nous n’aurions pas eu les mêmes priorités et donc nous aurions construit un budget différent. Nous avons tenu à rappeler à M. le Maire que les finances de la ville sont saines, preuve d’une bonne gestion de la gauche depuis l’élection de Michel Vallery en 1977 et qu’à cet égard, nous n’avons pas de leçon à recevoir.

    Facturation des TAP aux parents, hausse du tarif de la cantine, augmentation des indemnités des élus, diminution de 53% du budget de l’épicerie sociale pour les plus modestes, conférence à 3 000 euros l’heure … Face à ces mesures parfaitement assumées par la droite, nous ne pouvions pas voter le budget, chacun le comprendra.

    Vigilants, nous le sommes aussi quand nous questionnons le maire sur la gestion du personnel. Des agents municipaux, sous couvert syndical, ont distribué un courrier à chacun des 33 élus avant le dernier conseil municipal. Le diagnostic posé nous interpelle puisque nous avons relevé des mots forts : « souffrance, mal-être, pressions » auxquels nous n’avons jamais été habitués à Montivilliers. Nous connaissons pourtant le dévouement, les qualités et les compétences des agents territoriaux. Nous avons écrit à Monsieur le Maire et attendons de lui qu’il agisse afin que les fonctionnaires de notre collectivité puissent retrouver, sans délai, un climat serein et propice à l’exercice de leurs missions de service public.

    Les beaux jours arrivent, alors que chacun en profite pour se distraire et profiter pleinement de la vie et de notre belle ville de Montivilliers.

    Contact : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition

    Jérôme DUBOSTMartine LESAUVAGEPascal DUMESNILNada AFIOUNIFabienne MALANDAINNordine HASSINI




Powered by TROTTYZONE.