Notre tribune de rentrée

    Madame, Monsieur,

Chers habitants de Montivilliers,

« Menteurs, menteurs, menteurs ! », c’est par ces mots que les parents d’élèves ont interpellé le maire UMP et sa majorité de droite le 23 juin 2014 lors du conseil municipal qui a été, de fait, retardé. De mémoire de Montivillon, une telle manifestation et un tel chahut n’avaient jamais eu lieu dans le hall de la mairie. Comment expliquer que Monsieur Fidelin débute ainsi, sous les huées, son mandat autrement que par le mépris à l’égard des familles ?

Peut-on faire reproche à des parents de se mobiliser et de s’indigner quand ils découvrent qu’à la rentrée de septembre, les temps d’activités pédagogiques seront payants.

A aucun moment durant la campagne électorale, Monsieur Fidelin n’avait annoncé qu’il ferait payer aux familles la mise en œuvre des rythmes scolaires. Maire de Mannevillette à l’époque, il n’avait même pas pris le temps de consulter les associations de parents d’élèves.

L’enfant vit au sein de sa famille avec des contraintes et des modes de fonctionnement propres à chaque famille. Il y a des couples où les deux parents travaillent, des familles monoparentales, des familles aisées, d’autres moins, certaines avec des grands-parents disponibles à proximité, d’autres sont sans solution … Bref, il y a autant de familles qu’il y a d’enfants et chacune a son mode de fonctionnement et sa propre organisation.

Ce que nous reprochons au maire UMP de Montivilliers, c’est d’avoir fait le choix de remettre en cause, dans la précipitation et sans concertation, l’organisation qui avait été pensée, réfléchie et actée par tous les acteurs présents au sein du Projet Éducatif Local. Deux familles sur trois avaient opté pour le mercredi matin. Il ne s’agit pas de revenir ici sur le bien-fondé ou non du samedi ou du mercredi car le débat est sans fin mais de respecter la consultation des parents réalisée par le questionnaire initié l’an passé.

Pour aller plus loin encore, de nombreux parents ont été très surpris de constater que le maire avait écrit au DASEN (ex – Inspecteur d’Académie) pour dire sa préférence pour le samedi par un courrier daté du 14 avril soit 9 jours après son investiture et avant la tenue des conseils d’école fin mai.

Monsieur Fidelin sait-il que de nombreux parents s’étaient déjà organisés pour s’adapter pensant que le mercredi était entériné ? Plus de 61% des parents ayant répondu au questionnaire FCPE en avril dernier avaient prévu et connaissaient déjà leur organisation le mercredi à partir du mois de septembre.

Pour en revenir aux TAP, on peut certes regretter que l’État ne prenne pas en charge les surcoûts liés à la réforme mais les élus le savaient. A Montivilliers comme ailleurs, c’est bien la question des priorités qui est posée, donc celle d’un choix politique.

Avant les élections, le principe de la gratuité avait été défendu par tous au motif que tous les enfants doivent profiter des activités et ce, sans distinction du niveau de revenus des parents.

Ce que nous dénonçons aujourd’hui, c’est à la fois la méthode de la droite montivillonne et les choix politiques !

Non seulement les TAP seront payants mais en plus, les familles seront obligées de les payer de façon trimestrielle ou annuelle. Exemple d’une famille, quotient C avec 2 enfants : 75 jours x (2 x 1,51 €) soit la somme de 226 euros par an sans compter la cantine et le périscolaire.

Au lieu de gommer les inégalités, les TAP payants vont donc les accentuer. Ce sont les enfants issus des milieux les plus défavorisés qui vont être exclus alors qu’ils en ont le plus besoin. La relation famille – école va être rendue encore plus compliquée. Comble de l’ironie, les familles doivent inscrire leurs enfants aux TAP, les payer, sans même en connaître le contenu !

L’égalité des chances ne se décrète pas par une formule magique mais elle se traduit par des choix et du courage politique.

La droite a trouvé un allié contre la gratuité. En effet, le FN a approuvé de faire payer les familles. Contrairement à ce qu’il veut nous faire croire, le FN est un parti d’extrême-droite qui ne se soucie pas du sort des familles modestes.

Aujourd’hui, en faisant payer les familles et en les mettant au pied du mur, la droite montivillonne creuse encore plus les inégalités dans notre commune !

 

Si l’éducation n’est pas la priorité de la droite, la culture ne l’est pas davantage.

Nous avons eu l’occasion de dénoncer l’abandon de la salle de spectacles qui aurait été une occasion unique, à moindre coût, de pouvoir bénéficier de cette nouvelle infrastructure pour plusieurs générations. Le Gymnase Christian GAND n’est pas le lieu idéal pour accueillir des concerts et aurait pu retrouver sa vocation initiale, celle de recevoir les compétitions sportives. Le maire UMP de Montivilliers avait toujours voté POUR le projet tel qu’il était finalisé quand il siégeait à la CODAH en tant que maire de Mannevillette. Il se prononce CONTRE maintenant. Où est la cohérence ?

Après l’éducation et la culture, qu’en est-il de l’action sociale ? Là, c’est édifiant ! Le maire a demandé aux agents de trouver 100 000 euros d’économies sur ce poste. Pourquoi cette somme ? A quoi doit-elle servir ? Aucune idée. Une certitude, ce sont les familles les plus modestes de Montivilliers et en premier les enfants qui vont pâtir de cette coupe sombre voulue et assumée par la droite.

En cette période de crise qui touche déjà les plus faibles, la droite veut diminuer l’accès aux aides alimentaires.

Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie et de connaître un épisode de précarité à cause de la disparition d’un proche, d’un licenciement, d’une séparation. C’est donc par idéologie que la majorité de droite et son maire UMP décident sans aucun diagnostic et sans la moindre réflexion sur un accompagnement social de réduire le budget de l’action sociale.

Le nouveau logo bleu de la ville n’est pas ce que nous retiendrons de la marque du maire UMP mais plutôt ce qu’il est sur le point de casser durablement à Montivilliers. Chacun constatera que la droite et la gauche, ce n’est décidément pas la même chose !

Le prochain conseil municipal se tiendra à 18 h 30 le lundi 8 septembre, chaque citoyen peut y accéder librement.

Pour nous contacter, vous pouvez nous adresser un courrier en mairie : chaque conseiller dispose d’un casier à son nom. Vous pouvez aussi nous écrire un mail : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

Nous restons à votre disposition et vous disons à très bientôt.

Bien cordialement,

Les élus de l’Opposition de gauche

Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL – Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



Powered by TROTTYZONE.