• Category Archives Tribune municipale
  • Tribune à paraître dans le journal de novembre / décembre 2016

    tribune

    Cher(e)s habitant(e)s de Montivilliers,

    Du jamais vu !

    Lors du conseil municipal de septembre, nous avons assisté, impuissants, à une scène très violente qui nous a profondément choqués. Témoins passifs des coups portés par un homme sur un autre qui était installé dans le public, quatre d’entre nous, avec plusieurs autres élus de la majorité, ont été auditionnés au commissariat de police du Havre pour relater les faits.
    Jamais, nous n’aurions imaginé que nous engager pour notre ville nous conduirait à témoigner et à signer un procès-verbal dans une affaire de violence.
    Il ne s’agit pas d’un simple fait divers puisque les protagonistes ont un lien avec la vie municipale. Nous n’irons pas plus loin sur cette affaire qui est entre les mains de la Justice.
    Nous condamnons la violence comme mode de gestion des relations humaines. Puisque les faits se sont déroulés, devant la porte de la salle des mariages, pendant la séance du conseil municipal en présence du public, d’agents, de la presse et des élus, nous avons incité le Maire à rédiger un communiqué pour dénoncer ces actes. En sa qualité de premier magistrat de la ville, il aurait été important qu’il ramène de la sérénité en se montrant intransigeant et impartial face à des actes qui n’ont pas leur place dans notre assemblée démocratiquement élue. Le Maire ne l’a pas fait. Bien plus grave, il a adressé un mail à tous les élus pour les enjoindre de faire silence sur cette affaire en suggérant un récit partial et en occultant ce que nous avons tristement vécu.

    Malaise dans le personnel communal : ça continue !

    Nous aimerions tant ne pas avoir à l’écrire. Malheureusement, le mal-être parmi les agents municipaux se poursuit.
    Nous avions ici dénoncé la placardisation de la directrice de la communication qui n’a pas eu d’autre solution que de quitter notre ville pour une autre collectivité.
    Le limogeage du DGS Rémy Bonmartel a fait couler beaucoup d’encre et cela est bien compréhensible après 35 années de service et à deux années de sa retraite.
    En septembre 2016, c’est au tour de la directrice du service culturel, embauchée par l’actuelle majorité, d’être mise à la porte. Nous dénonçons le mépris avec lequel elle a été renvoyée.
    Un audit du service culturel a été mené. Son coût est de 14 371 euros ; cette somme s’ajoute à diverses factures portant sur d’autres audits et sur des versements d’indemnité de licenciement. Les finances de notre ville s’en passeraient bien !
    Aujourd’hui, il existe bien un climat délétère dans certains services qui ne permet pas aux agents de venir travailler sereinement. M. le Maire continuera-t-il à faire comme si tout allait bien ?


    Unanimité pour le complexe sportif

    Lors de la campagne électorale, nous avions évoqué la nécessité de prendre en considération le manque d’infrastructures sportives. Un constat : les créneaux ne suffisent plus pour pouvoir caser toutes les disciplines et certaines associations sont obligées de limiter leurs activités et leurs licenciés. Nous devons apporter les meilleures conditions pour la pratique du tennis de table, des arts martiaux, du handball, du basketball, du volley, du badminton et de l’escrime.
    Le projet d’un nouveau complexe sportif à la Belle-Etoile était dans les cartons depuis un moment. C’est donc dans un esprit constructif que nous approuvons le projet présenté lors du dernier conseil municipal. Nous sommes aux côtés des associations sportives et défendons le sport pour tous.


    En quête de médecins !

    C’est une inquiétude partagée dans toute la ville et particulièrement par les habitants de la Belle-Etoile qui ont appris que l’un des médecins du quartier, présent depuis des décennies, prenait sa retraite et ne serait pas remplacé. La question de la désertification médicale gagne du terrain à Montivilliers. Dans la continuité des échanges organisés dans le précédent mandat avec la profession médicale, notre groupe avait travaillé sur cette question dans la phase de préparation des élections en 2013/2014 pour aller vite sur ce dossier complexe.

    Le dernier cabinet d’ophtalmologie ferme à Montivilliers. Une ophtalmologue, habitante de notre ville, aurait aimé pouvoir s’installer à Montivilliers. Cela n’a pas été rendu possible, elle exercera donc son activité professionnelle au Havre. Dommage !

    Montivilliers n’est pas la seule ville à être touchée par ce problème ; la santé nous concerne toutes et tous. De nombreuses collectivités font preuve d’imagination, de volontarisme et mènent des initiatives pour faire venir des médecins sur leur territoire. Malheureusement, nous ne voyons rien se profiler à Montivilliers. C’est source d’inquiétudes pour les habitants. Il est important d’ajouter que la Ville ne peut pas tout. Elle doit néanmoins jouer un rôle de facilitateur dans l’accueil et l’installation de nouveaux praticiens.


    Encore un couac !


    Septembre est le rendez-vous traditionnel des greniers vides, une manifestation à laquelle nous sommes très attachés même si nous regrettons qu’elle ait perdu le faste d’antan. Nous ne reprocherons pas au Maire d’appliquer des mesures de sécurité ; nous connaissons le contexte de vigilance dans lequel nous sommes plongés. Néanmoins, il est incohérent de prendre un arrêté municipal un jour pour n’autoriser que les Montivillons à venir exposer et la semaine d’après, de modifier cet arrêté pour lever cette restriction. Quelle incohérence et quelle improvisation !


    L’éducation : toujours notre préoccupation

    Lors du conseil municipal de juin, nous avions interpellé le Maire à propos du mouvement des ATSEM dans les écoles à la rentrée de septembre et de la fin de la surveillance de la cantine par les directrices d’école. Sans réponse, nous avons relancé Monsieur Fidelin qui a reçu les deux élues membres de la commission Affaires scolaires en compagnie de l’Adjointe. Notre groupe a réitéré son incompréhension de bouleverser ainsi une organisation qui fonctionnait bien et remis au centre des discussions l’intérêt de l’enfant.


    Notre coup de cœur
    va à l’équipe de bénévoles des Virades de l’Espoir qui, le temps d’un week-end, a su fédérer les bonnes volontés et les partenaires pour des animations diversifiées afin de récolter des fonds dans la lutte contre la mucoviscidose. Bravo à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cet élan de solidarité et de générosité.

    A très bientôt,
    Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84

    Les élus municipaux de l’Opposition
    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Nada AFIOUNI
    Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI – Gilles BELLIERE

     bandeau-fin-tribune



  • Tribune à paraître dans le journal de juillet/août 2016

    tribuneCher(e)s habitant(e)s de Montivilliers,

    A l’approche des grandes vacances que nous vous souhaitons les plus agréables, il est bon de rappeler que nous avons célébré en juin les 80 ans d’une des grandes conquêtes sociales de la Gauche : les congés payés. Ce droit a permis et permet à des millions de salarié(e)s de quitter leur quotidien pour aller s’ouvrir l’esprit, découvrir la France et/ou le monde ou tout simplement se détendre et se reposer. Il est aussi source de richesse pour notre pays qui demeure le plus visité du
    monde avec 85 millions de touristes par an. Élus locaux de gauche, nous défendons le progrès et le bien-être des travailleurs.

    Chambardements dans nos écoles et dans les services

    Ici à Montivilliers, le bien-être de certain(e)s qui travaillent quotidiennement au service de notre commune est sévèrement attaqué. C’est le cas, notamment, dans les écoles. Nous avions déjà vu les parents, en colère, venir manifester au conseil municipal pour contester le choix de cette majorité de faire payer les Temps d’Activités Pédagogiques aux familles. Cela leur avait été caché durant la campagne électorale.

    Nous avions aussi dénoncé la suppression de la commission plurielle pour les demandes de dérogation ; l’Adjointe aux affaires scolaires estimant pouvoir se passer de l’avis des autres élus et des enseignants.

    Depuis lors, les élus de droite ont décidé de déplacer le personnel des écoles et les ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des écoles Maternelles) qui, parfois, sont présents dans nos écoles depuis plusieurs années. A ce titre, elles connaissent les lieux, les enseignants, les familles et les enfants, en particulier les plus petits qui voient en elles un repère et leur témoignent beaucoup d’affection. Sauf nouvelle décision, la rotation du personnel communal sera rendue obligatoire à compter de septembre prochain. Pour certaines, c’est un véritable déchirement qui a provoqué des arrêts de travail. Et le Maire de faire comme si la souffrance des salariées n’existait pas !

    S’agissant de la réorganisation du travail dans les services, pensez-vous que le Comité Technique avec les représentants du personnel ait été associé aux discussions ? La réponse est évidemment « non ». Tout ce qui constitue un espace de concertation est banni par la droite, chacun s’en est rendu compte depuis 2014 !

    Nous avons aussi appris que des directrices d’école n’avaient pas été ménagées, elles-non plus. Certaines assurent, en plus de leur mission, une tâche de surveillance de cantine le midi. Or voici que le Maire a décidé, sans concertation préalable et de manière cavalière, de mettre un terme à ce contrat. Les directrices connaissent bien les élèves, veillent au soin, à la sécurité, à la politesse des enfants lors du déjeuner. Elles sont une figure d’autorité qui est respectée. L’école est le lieu de l’apprentissage de la citoyenneté ; il est essentiel qu’une Mairie entretienne de bons rapports avec les professeurs. Ce lien est abîmé depuis deux ans. Une preuve supplémentaire : le PEDT (projet éducatif territorial) qui rassemblait tous les acteurs de la communauté éducative est aujourd’hui déserté. Triste, bien triste !

    Plusieurs fois, nous avons déjà dénoncé la confusion régnant dans la gestion du personnel. Cela continue. Le service culturel s’est ému, en écrivant aux élus de la commission culturelle, que la publication de la brochure touristique recensant toutes les activités de l’été pouvait être remise en cause. Ce dépliant s’adresse aux Montivillons et aux potentiels touristes, toujours les bienvenus pour faire vivre le commerce local. Au lieu d’apprécier le dévouement des agents en faveur du dynamisme de notre ville et qui ont été des « lanceurs d’alerte », des sanctions seraient envisagées ! Monsieur le Maire, nous vous demandons d’apaiser la situation.

    Échos du dernier conseil municipal

    - C’est un fait rarissime mais notre groupe n’a pas voté le dernier compte rendu du conseil municipal. En effet, nous avons saisi M. le Sous-Préfet au motif d’un contrôle de légalité sur des irrégularités susceptibles d’entacher la légalité d’une délibération intitulée « Régime indemnitaire des agents de catégorie B – Modification des critères d’attribution ». Pour mémoire, nous avions contesté la décision de recruter une fonctionnaire avec une prime de 500 euros mensuels et ce, en contradiction avec le principe d’égalité de traitement dans la fonction publique. Pourquoi créer ainsi des disparités ?

    - Nous avons approuvé la délibération concernant les travaux envisagés du côté des Hallettes. C’est un projet destiné à développer l’attractivité du centre-ville. Il figurait dans notre programme électoral donc il était cohérent de voter pour.

    - En fin de séance, nous avons évoqué l’incroyable record mondial remporté par Patrick MALANDAIN qui a effectué le tour de France en courant 100 kms par jour et pendant 100 jours. Nous avons déploré que la ville de Montivilliers n’ait pas apporté le moindre soutien à cet évènement. On se rappelle que des crédits avaient été trouvés pour la Transat Jacques Vabre ! Cette performance sportive et humaine a eu un énorme retentissement médiatique. Vraiment quel dommage que la Ville de Montivilliers n’ait pas su être au rendez-vous et à la hauteur de l’exploit !

    Nos coups de coeur :

    Nous voudrions terminer cette tribune avec quelques moments forts que nous avons appréciés :
    - L’exposition à la Mairie du Havre des créations en arts plastiques réalisées par les écoles primaires, notamment de Montivilliers. Bravo aux enfants et à leurs professeurs.
    - La montée en Nationale 3 de l’équipe de l’ALM Basket après de belles prestations cette année en Excellence Région. Félicitations aux joueurs, entraîneurs et dirigeants.
    - Le Grand Prix Cycliste « Souvenir Max Louvel » organisé par l’Association Cycliste de Montivilliers avec 17 clubs engagés pour cette 89ème édition
    - Le 1er Open National B grâce à l’engagement du MTT (Montivilliers Tennis de Table)
    - Le Championnat régional individuel à l’épée organisé par Montivilliers Escrime
    - Le championnat international d’obéissance au Hameau de Rébultot grâce à l’Association Canine de Montivilliers
    - L’exposition de patchworks au centre social Amisc. En signe de solidarité, le groupe Ami’patch a cousu des coussins pour des femmes opérées du cancer du sein.

    A très bientôt,

    Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84

    Les élus municipaux de l’Opposition :
    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL
    Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



  • Notre tribune de Novembre / Décembre 2015

    AEPM1

    Cher(e)s habitant(es) de Montivilliers,

    Une ambiance morose ; l’ombre persistante de la chasse aux sorcières !

    A l’issue de l’élection municipale de 2014, le maire avait indiqué qu’il ne procéderait à aucune chasse aux sorcières. Hélas, ce ne fut qu’une parole en l’air.
    En mars dernier, une organisation professionnelle posait un terrible diagnostic : « souffrance, mal-être, pressions » ; des mots forts auxquels nous n’avions jamais été habitués à Montivilliers.

    Nous avions interrogé le Maire sur la manière dont il comptait répondre face à la détresse ressentie par les agents. Nous n’avions reçu aucune réponse écrite.

    La situation s’est terriblement dégradée. Des agents ont quitté la ville ; d’autres ont été sommés de la quitter. Trois exemples navrants pour illustrer comment la droite a semé la défiance et un profond malaise :

    1/ Sans raison apparente, le Maire ne voulait pas renouveler le contrat de travail du responsable chargé notamment de la qualité, de la sécurité au travail, des risques majeurs. C’est le jour de son départ en vacances que cet agent a appris que les missions liées à son contrat prendraient fin.
    Se moquant du respect des procédures légales, la droite n’est heureusement pas parvenue à « virer » cet agent connu pour son professionnalisme. Nous ne voyons là que mépris !

    2/ Nous découvrons la situation confuse au service communication qui pourtant fonctionnait de manière harmonieuse jusqu’en 2014. Nous assistons à un mélange des genres entre le rôle des élus et le travail des techniciens. Le syndicat indiquait que l’adjointe chargée de la communication s’était installée dans le bureau de la responsable du service !
    Lorsque l’agent reprend son poste après un congé maternité, elle apprend qu’elle va être affectée à un nouveau service dénommé « événementiel »… dont elle devient la seule employée ! Elle n’était évidemment pas volontaire pour être ainsi mise au placard. Qualifiée et compétente dans son domaine mais aussi reconnue pour son dynamisme, elle vient de quitter, à regret, notre collectivité.

    3/ Vous l’avez sans doute appris par la presse, le Directeur Général des Services a été limogé. La confirmation fut faite avec froideur en fin du conseil municipal. Humiliante, la sentence fut lue en 30 secondes. Oui, 30 secondes pour expédier 35 années de la carrière professionnelle d’un homme, arrivé à deux ans de sa retraite !
    Le DGS occupe un poste spécifique. Un maire nouvellement élu dispose de six mois pour en changer.
    A Montivilliers, c’est un an et demi après que le maire a congédié Monsieur Rémy BONMARTEL dont chacun s’accorde à lui reconnaître une très bonne connaissance des dossiers concernant notre ville.

    Par ce renvoi, le Maire commet une grave erreur de jugement et de management.

    Cette improvisation entraîne des conséquences pour la ville, notamment financières. Notre ville sera amenée à payer, au regard de la Loi, deux salaires pour un même poste puisqu’un nouveau DGS sera recruté et que le DGS limogé continuera d’être indemnisé.

    Et que penser des déclarations cyniques de M. FIDELIN décrivant M. BONMARTEL comme « un homme compétent, professionnel et sympathique » … autant de qualités qui l’ont pourtant conduit à le limoger ?

    Nous dénonçons ici le caractère abusif de certaines décisions frappant des employés qui n’ont pas démérité dans leur engagement professionnel au service de la ville et de ses habitants. Nous dénonçons ici la regrettable improvisation dans la gestion des ressources humaines. Parmi les agents, qui sera le/la prochain(e) sur la liste ? Comment voulez-vous que les employés puissent remplir au mieux leurs missions de service à la population s’ils doivent s’inquiéter d’être déplacés selon le fait du prince ?

    Le Centre Social Jean Moulin continuera de s’appeler ainsi. Ouf !

    Dans le dernier numéro, il y avait un encart invitant à rebaptiser le Centre Social Jean Moulin. Remettre en cause cette figure historique de la Résistance a semé le trouble.

    Le Maire a fait machine arrière. Sage décision.

    Visiblement, il s’agissait d’une information incomplète. Décidément, que de problème dans la communication … c’est un domaine qui ne s’improvise pas. Nous demandons au Maire d’être vigilant avec la nouvelle rédactrice en chef du magazine … qui n’est autre qu’une de ses Adjointes !
    Attention à la confusion des genres ; la communication ne doit pas être confondue avec la propagande au risque d’entraîner de nouvelles bévues.

    Montivilliers s’honorera d’accueillir une famille de migrants fuyant la mort

    La France accueillera 24 000 réfugiés venus de Syrie et d’Irak. Ces derniers fuient la barbarie de l’État Islamique qui sème son idéologie totalitaire. Les réfugiés cherchent en Europe le secours et la liberté.

    Le Maire a annoncé que Montivilliers pourrait accueillir une famille de réfugiés. Nous soutenons cette initiative. Dans son histoire, la France a accordé l’asile aux rescapés du génocide arménien ou rwandais, aux républicains espagnols, à des dissidents de régimes dictatoriaux. Aujourd’hui, ces femmes et ces hommes doivent échapper avant tout à la mort.

    Les virades de l’Espoir, vaincre la mucoviscidose

    Cette année encore, nous avons pu constater l’énergie déployée par des dizaines de bénévoles dans la lutte contre la mucoviscidose avec un événement organisé à Montivilliers pour récolter des fonds contre la maladie.
    Nous adressons nos chaleureuses salutations à Madame LE GONIDEC et à travers elle, à tous les bénévoles pour leur implication dans la réussite de ces Virades de l’Espoir.

    Dernière minute : le bling-bling à Montivilliers, ça continue !

    Après l’augmentation des indemnités des élus (toute première décision financière prise par la droite), après la soirée confidentielle à 4 800 euros avec un économiste, après les places en loge VIP au Stade Océane (2 000 € pour le Club Entreprises et 2 000 € pris sur le budget du service communication … tiens donc encore la communication !), voici que la Ville de Montivilliers (bien connue pour sa façade maritime !) aura son stand à la Transat Jacques Vabre du Havre ! Coût de l’opération : 7 546 euros !

    Montivillons, sachez que certains élus de la majorité aiment être aux premières loges … tant pis si cela se fait sur le dos du contribuable en augmentant le prix des repas à la cantine ou en faisant payer les T.A.P aux familles !

    Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84

    Les élus de l’Opposition :
    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL
    Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



  • Notre tribune parue dans le journal municipal de septembre/octobre 2015

    AEPM1Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    1/ Des félicitations 

    Avant l’été, nous avons eu le plaisir d’assister à la remise des médailles Jeunesse et Sports à Marie-Claire LHERMET, Chantal MARICAL et Michel SAUVAGE pour leur implication reconnue à l’AFGA et à Martine HURE pour son engagement dans la vie associative.

    Sous l’égide du Département de Seine-Maritime, des diplômes « Bénévoles 76 » ont été remis à Alain CANTAIS, Samuel COVA, Catherine DAVID, Céline LE COQ, Fabienne MALANDAIN et Jean-Claude ZEDE. À tous les récipiendaires, nous adressons nos plus sincères félicitations pour leur dévouement et leur attachement à faire vivre l’esprit de convivialité à Montivilliers.

    2/ Des décisions arbitraires

    Nous aimerions tant que l’esprit d’échanges qui prévaut dans les associations se retrouve également dans la gestion de notre commune. Ce n’est malheureusement pas ce que nous vivons depuis l’arrivée de la droite en mars 2014. Pour la concertation et les débats participatifs : avec la droite, c’est « passez votre chemin ! ». Certains élus décident de tout en catimini. Le résultat, c’est l’entêtement !

    Pour la mise en œuvre des rythmes scolaires, nous avons déjà dénoncé la méthode.

    Le maire s’était bien gardé d’annoncer, durant la campagne électorale, qu’il ferait payer les activités aux familles. Nous avions fait le choix de la gratuité pour permettre l’égalité de tous et pour éviter de pénaliser les enfants issus de familles plus modestes.

    A peine élu, le maire avait imposé l’école le samedi matin jetant à la poubelle tout le patient travail de concertation avec les associations, les parents, les services et les enseignants … tout ça, pour revenir sur sa décision un an après !

    Nous venons d’apprendre que des agents municipaux en poste depuis des années dans telle école sont sommés de changer de lieu à la rentrée … alors qu’ils sont appréciés des équipes éducatives, des enfants et des familles ! Voilà typiquement le genre de décision autoritaire que nous dénonçons ! 

    Avec ces quelques lignes, nous avons une pensée solidaire pour le personnel municipal qui traverse en ce moment, pour certaines et certains, des moments douloureux alors qu’ils sont pourtant si dévoués au service de la Ville et des Montivillons.

    Autre exemple flagrant de l’absence d’écoute : nous n’avions pas voté pour l’adoption du règlement intérieur de la location de la salle Michel Vallery.

    En conseil municipal, nous avions souligné les problèmes qui ne manqueraient pas d’arriver en raison d’un règlement trop rigide … et les problèmes sont arrivés ! Des associations auraient dû payer des factures importantes suite à des spectacles organisés, ce qui leur aurait généré des difficultés de trésorerie. Résultat : il est nécessaire de revoir la copie … nous l’avions pourtant prédit !

    Au conseil municipal de juin, la droite a décidé qu’il ne sera plus possible de faire des repas en louant la salle de l’école Louise Michel. Tout le monde n’a pas forcément les moyens d’avoir son traiteur. Les Montivillons font régulièrement état d’un manque de salles à louer. Il était déjà difficile de faire la fête à Montivilliers pour un mariage, un baptême, un anniversaire … Et bien, il y aura une salle de moins ! La dernière salle pour organiser un repas en famille ou entre amis, c’est la salle Henri Matisse. Sera-t-elle aussi supprimée ?

    3/ Une proposition de délibération en faveur des personnes handicapées ou invalides 

    Voici le courrier que nous avons adressé à M. le Maire :

    « Les dispositions de l’article 1411 II. 3 bis. du code général des impôts permettent à un conseil municipal d’instituer un abattement spécial à la base de 10% de la valeur locative moyenne des habitations en faveur des personnes handicapées ou invalides.

    Notre commune n’a pas encore adopté cette possibilité. Des Montivillons pourraient y prétendre si notre collectivité adoptait une délibération en ce sens. Pour en bénéficier, le redevable de la taxe d’habitation doit satisfaire à au moins une des conditions suivantes :

             1- être titulaire de l’allocation supplémentaire d’invalidité

             2- être titulaire de l’allocation aux adultes handicapés

             3- être atteint d’une infirmité ou d’une invalidité l’empêchant de subvenir par son travail aux nécessités de l’existence

             4- être titulaire de la carte d’invalidité

             5- occuper son habitation principale avec des personnes visées ci-dessus aux 1 à 4

    Nous vous sollicitons afin d’étudier ce projet qui, nous l’espérons, recueillera votre assentiment. En effet, les personnes handicapées ou invalides ont en général de faibles revenus, du fait d’un travail souvent à temps partiel, de professions à faibles rémunérations et de carrières incomplètes. Pourtant ces personnes doivent se loger comme les autres, aussi, un abattement de la Taxe d’habitation nous parait être une mesure favorable à l’allègement de leurs charges. »

    4/ Une précision et un constat

    Notre tribune est envoyée environ trois semaines avant la diffusion du magazine. Le maire écrit donc son édito après avoir reçu notre texte. Chacun aura noté que dans le précédent numéro, M. Fidelin n’avait pas apprécié que nous dénoncions l’achat de places VIP pour le Stade Océane. Nous avions pourtant écrit et nous le redisons ici que nous approuvons l’achat de places pour des jeunes (le budget est de 1 000 €). Assez bizarrement, le maire ne s’est pas appesanti sur les 4 000 € (2 000 € sur le Club Entreprises et 2 000 € imputés au service communication). C’est sur ces sommes-là qu’il eut été pourtant intéressant de lire son avis …  Un silence presque assourdissant !

    5/ Message d’information civique

    Les députés ont adopté une proposition de loi qui pourrait contribuer à limiter l’abstention lors du scrutin des Régionales des 6 et 13 décembre. Les listes électorales seront exceptionnellement rouvertes jusqu’au 30 septembre.

    Cette mesure permettra à ceux qui auraient déménagé depuis le 1er janvier, qui auraient obtenu le droit de vote ou qui ne seraient pas encore inscrits sur les registres communaux, de le faire et de glisser un bulletin dans l’urne en décembre. Près de 3 millions de Français disposant du droit de vote ne sont inscrits sur aucune liste électorale, soit 7 % du corps électoral français. Alors, c’est le moment d’en parler autour de vous. En décembre 2015, on vote pour la Normandie !

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition

    Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Pascal DUMESNIL – Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Nordine HASSINI



  • Notre tribune parue dans le journal municipal de mai/juin 2015

    AEPM1

    Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    Un an après les municipales, les Montivillons sont retournés aux urnes pour élire le nouveau Conseil Départemental de Seine-Maritime (anciennement appelé Conseil Général).

    Au soir du 1er tour, le 22 mars 2015, c’est le binôme de gauche conduit par Jérôme Dubost et Nacéra Vieublé qui est arrivé en tête dans notre commune devant celui de l’Ump qui avait pourtant déployé deux adjoints au Maire et qui était soutenu activement par Monsieur Fidelin. C’est la première fois que la droite, lors d’un scrutin à portée locale, obtient un score si faible et ce, un an seulement après les élections municipales.

    Dimanche 29 mars, lors du 2ème tour des élections départementales, les électrices et les électeurs ont élu Jérôme Dubost et Nacéra Vieublé dans le cadre d’un rassemblement républicain contre le FN. Pour ce second tour, sur la totalité de notre canton 15 qui regroupe Montivilliers, Harfleur, Caucriauville et Rouelles, ils ont obtenu 61,74 % des voix.

    Dans le détail :

    • à Harfleur : 56.36 %
    • au Havre (Rouelles et Caucriauville) : 59.97 %
    • à Montivilliers : 64.52 %

    À Montivilliers, notre groupe se réjouit que les candidats du rassemblement républicain aient été en tête dans tous bureaux de vote : 12/12.

    Cette victoire sur ce canton est ternie par trois déceptions :

    • un vote important pour l’extrême-droite
    • un taux de participation faible
    • et le basculement à droite du Département de Seine-Maritime

    Les élus du groupe municipal « Agir ensemble pour Montivilliers » sont confortés dans l’idée que nous devons continuer de travailler de manière soudée. Dans le respect de nos sensibilités différentes, nous sommes convaincus de l’importance d’un rassemblement de toutes les composantes de la gauche. C’est valable ici à Montivilliers comme cela devrait l’être ailleurs. À cet égard, nous reprenons la formule de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, Président de la Région Haute-Normandie : « Quand la gauche se fracture, la gauche paie la facture ».

    Chacun, à son niveau, doit participer au débat et redonner goût à l’action citoyenne. Il est urgent de faire de la politique autrement parce que les habitants ont perdu confiance.

    Nous sommes consternés par le score du FN à ces élections et ce, quelques semaines après les attentats qui ont ensanglanté notre pays et la forte mobilisation citoyenne qui s’en était suivie. Nous espérions que l’élan citoyen permettrait de faire barrage au parti d’extrême-droite qui ne fait que distiller la haine. L’entreprise familiale Le Pen surfe toujours autant sur un discours raciste, sexiste, homophobe et antisémite. Les élus FN ne connaissent pas les habitants pas plus qu’ils ne connaissent notre région, notre département, notre canton et notre ville.

     

                Message personnel de Jérôme Dubost :

    « Je veux remercier ici chaleureusement les Montivillons qui m’ont accordé leur confiance et adresser un amical remerciement aux nombreux volontaires, militants et sympathisants pour m’avoir accompagné dans cette nouvelle aventure électorale. Si je suis ravi d’avoir été élu conseiller départemental, je suis attristé de ne pas siéger dans une majorité de gauche au Département de Seine-Maritime. J’ai accepté de m’engager dans cette campagne aux côtés de Nicolas Rouly, convaincu par la sincérité de l’homme, par le bilan de la gauche depuis 11 années mais aussi par un projet ambitieux pour la Seine-Maritime de demain. À un canton près et à cause des divisions à gauche, c’est la droite qui reprend la présidence de cette collectivité. J’aborde cette nouvelle fonction élective avec honneur, humilité et sens des responsabilités. En tant que conseiller départemental, je veux être un facilitateur pour celles et ceux qui, particuliers, institutions, artisans ou associations auront besoin des services du Département. La proximité, la pédagogie, le sens de l’équipe et le contact direct ont été essentiels durant notre campagne. Je souhaite maintenir ces valeurs fortes durant le mandat qui m’a été confié par les électrices et les électeurs.

    Proches de vous n’est pas qu’un slogan, c’est notre identité et elle doit demeurer pendant les six prochaines années. La présence sur le terrain et la proximité avec les habitants doivent être indispensables pour tout élu et plus que nécessaires aujourd’hui pour retrouver la confiance des électeurs. Personnellement, j’y mettrai toute mon énergie en tant que conseiller départemental. Vous pouvez me contacter sur cette adresse courriel : jerome.dubost@seinemaritime.fr »

    Lors du Conseil municipal du 30 mars, nous avons voté contre le budget proposé par la majorité de droite. Nous avons déjà expliqué, dans notre précédente tribune, les raisons de cette opposition. Si nous avions été élus, nous n’aurions pas eu les mêmes priorités et donc nous aurions construit un budget différent. Nous avons tenu à rappeler à M. le Maire que les finances de la ville sont saines, preuve d’une bonne gestion de la gauche depuis l’élection de Michel Vallery en 1977 et qu’à cet égard, nous n’avons pas de leçon à recevoir.

    Facturation des TAP aux parents, hausse du tarif de la cantine, augmentation des indemnités des élus, diminution de 53% du budget de l’épicerie sociale pour les plus modestes, conférence à 3 000 euros l’heure … Face à ces mesures parfaitement assumées par la droite, nous ne pouvions pas voter le budget, chacun le comprendra.

    Vigilants, nous le sommes aussi quand nous questionnons le maire sur la gestion du personnel. Des agents municipaux, sous couvert syndical, ont distribué un courrier à chacun des 33 élus avant le dernier conseil municipal. Le diagnostic posé nous interpelle puisque nous avons relevé des mots forts : « souffrance, mal-être, pressions » auxquels nous n’avons jamais été habitués à Montivilliers. Nous connaissons pourtant le dévouement, les qualités et les compétences des agents territoriaux. Nous avons écrit à Monsieur le Maire et attendons de lui qu’il agisse afin que les fonctionnaires de notre collectivité puissent retrouver, sans délai, un climat serein et propice à l’exercice de leurs missions de service public.

    Les beaux jours arrivent, alors que chacun en profite pour se distraire et profiter pleinement de la vie et de notre belle ville de Montivilliers.

    Contact : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition

    Jérôme DUBOSTMartine LESAUVAGEPascal DUMESNILNada AFIOUNIFabienne MALANDAINNordine HASSINI



  • Journal municipal de mars/avril 2015 : notre tribune

    AEPM1

    Chers habitants de Montivilliers,

    17 noms

    Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré, Bernard Maris, Mustapha Ourrad, Elsa Cayat, Frédéric Boisseau, Michel Renaud, Franck Brinsolaro, Ahmed Merabet, Clarissa Jean-Philippe, Yoav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen, François-Michel Saada. Nous citons le nom des 17 victimes des attentats terroristes qui ont endeuillé notre pays en ce début d’année 2015.

    Plus de 4 millions de personnes, dont 50 représentants étrangers, sont descendus dans les rues de Paris et de toutes les villes de France. Parce que nous sommes Charlie, nous étions de ceux-là pour rappeler notre attachement à la liberté de la presse, à la laïcité et à la République, pour marquer notre soutien aux familles des 17 victimes des attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l’épicerie casher. Cet immense rassemblement a prouvé que la France ne cède pas à la peur. Au-delà de l’émotion, ces assassinats nous amènent à nous questionner : comment a-t-on pu en arriver là ? Loin des discours simplistes de l’extrême-droite, nous devons comprendre pourquoi certains se tournent vers l’hyper-violence pour des motifs religieux. Partout, le lien social s’effrite. Le modèle économique et social libéral basé sur l’individualisme et la consommation au détriment des solidarités amène des individus à être en rupture avec les valeurs de la République. A nous, démocrates, de réinventer le vivre ensemble.

    Que dire de plus qui n’ait été déjà exprimé avec force ? Peut-être pouvons-nous reprendre les propos d’Elsa Wolinski, la fille de Georges WOLINSKI, qui a appelé « à ne pas faire d’amalgame entre la religion musulmane et les terroristes. Je voudrais vraiment qu’on ne vote pas Le Pen après, parce que sinon, ils seraient morts pour rien, c’est quand même ça ‘Charlie Hebdo’, ils combattaient les religieux, ils combattaient l’extrême droite. Ne tombons pas dans une haine raciste. »

    Les vœux ratés du maire

    Pour ses premiers vœux, le maire UMP de Montivilliers a inauguré la salle des fêtes Michel Valléry. Regrettons qu’il n’ait pas eu la courtoisie de faire référence à ceux qui ont véritablement travaillé sur ce dossier. Tel le coucou qui s’installe dans le nid d’un autre oiseau, le maire a préféré récolter seul les lauriers.

    M. Fidelin a cru nécessaire de faire appel à une copine, Mme Morin-Dessailly, sénatrice de Seine-Maritime, qui nous a servi un discours extrêmement politicien, bien loin de ce qui intéresse les Montivillons. Faut-il en rire ou en pleurer car cette élue rouennaise a vanté la « nouvelle politique culturelle ambitieuse » de Montivilliers, ça ne s’invente pas ! Sait-elle que la salle de spectacles qui était prévue avec les cinémas ne verra jamais le jour, qu’un concert a failli être déprogrammé par l’adjointe à la culture, que le budget de la culture baissera en 2015 ? A noter aussi que le sous-préfet a repris le Maire pour ses propos erronés, voilà qui fait tâche devant une salle comble.

    Peut-être ces vœux furent-ils une belle soirée pour les militants UMP du Havre qui composaient les premiers rangs mais elle ne l’aura pas été pour les Montivillons qui sont restés dehors …

    Une heure de conférence à 3 000 € !

    Nous sommes tous pour le développement économique écoresponsable de notre territoire, pour le renforcement de son activité commerciale et son attractivité. Créer un « club entreprises », pourquoi pas, nous l’avons déjà dit. Mais quelle surprise de budgéter 30 000 €uros pour son financement quand nous entendons dans tous les discours les mots « baisse des dotations » et « économies » (rappelons ici que c’est l’argument avancé par le maire et ses adjoints pour justifier la baisse de 53% du budget de l’épicerie sociale qui est destinée aux plus modestes ou aux Montivillons qui rencontrent une difficulté suite à un accident de la vie : perte d’emploi, décès d’un conjoint, séparation …).

    Pour lancer ce club Entreprises, la droite n’a pas lésiné sur les moyens. Coût de la soirée pour 1 heure de conférence d’un économiste aux thèses controversées : 3 000 euros ! Passons sur le florilège des plus navrantes caricatures : trop de fonctionnaires, attaque en règle contre la baisse du temps de travail, stopper l’indemnisation des chômeurs, volonté de retarder l’âge de départ à la retraite, plaidoyer en faveur de la baisse du SMIC… Rien sur les profits des actionnaires ! Pas un mot sur les notions de transition énergétique et de développement durable ! Nous ne partageons pas cette vision de l’économie qui stigmatise les services publics, remet en cause le système de retraite ou prône la dérèglementation du travail.

    D’autres recettes existent pour aller vers une économie sociale, solidaire et participative, basée sur la formation professionnelle, l’innovation, une transition économique, écologique et énergétique et la mise en réseau de tous les acteurs économiques.

    Nous livrons ici le témoignage d’un commerçant du centre-ville : « Nous serions bien venus à des vœux aux entreprises mais on a vu qu’il fallait s’inscrire à la conférence, on a flairé la grosse récupération donc on n’est pas venus ». Et pour couronner le tout, l’adjointe à la communication de la ville s’est métamorphosée en chargée de comm’ de l’économiste controversé en distribuant (gratuitement donc !) son dernier livre … Et devinez qui a payé ces cartons de livres ?

    Nous ne sommes pas à Mannevillette et demandons au maire de veiller à ne pas mélanger les genres ; une cérémonie de vœux doit être républicaine ; si l’UMP veut organiser un meeting, qu’elle le finance mais ce n’est pas aux contribuables montivillons de payer la facture.

    Aux urnes, citoyens !

    Les 22 et 29 mars, nous votons pour les élections départementales. Un an après le choc du basculement de notre ville à droite, les Montivillons doivent voter pour des élus proches d’eux. Période électorale oblige, nous n’irons pas plus loin dans cette tribune pour nous en tenir aux règles qu’impose la législation. Notre nouveau canton est composé de Montivilliers, Harfleur, Caucriauville et Rouelles. La Loi modifiée permet dorénavant la totale parité puisque vous voterez pour un titulaire et une titulaire qui auront chacun un(e) remplaçant(e). Le Département gère les collèges (Raymond Queneau, Belle-Etoile), le SDIS (les pompiers), finance les prestations sociales, subventionne les associations culturelles et sportives, s’occupe des personnes âgées, du handicap, de l’aide sociale à l’enfance. Bref, votre quotidien et celui de vos proches !

    Contact : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

    Nous vous disons à bientôt,

    Les élus de l’Opposition de gauche

    Jérôme DUBOST (Parti Socialiste) – Martine LESAUVAGE (Société civile) – Pascal DUMESNIL (Parti Socialiste) – Nada AFIOUNI (Parti Socialiste) – Fabienne MALANDAIN (Europe Écologie Les Verts) – Nordine HASSINI (Parti Socialiste)



  • Tribune parue dans le journal municipal de janvier/février 2015

    AEPM1Notre tribune rédigée le 8 décembre 2014 pour le Montivilliers Magazine : Numéro de janvier / février 2015

    Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    En ce mois de janvier, nous souhaitons vous adresser tous nos meilleurs vœux à vous et vos proches pour l’année 2015. Qu’elle vous soit heureuse et source d’épanouissement. Nous espérons surtout que le monde dans lequel nous vivons reprendra des couleurs, celles de la tolérance et de la paix en particulier.

    A Montivilliers, nous avons pu constater que malheureusement les convictions religieuses, aussi respectables soient-elles par ailleurs, prennent parfois le pas sur l’action publique. Nous avions déjà dénoncé que, par idéologie, l’association Amnesty International était persona non grata dans notre ville. En décembre, ce fut tout aussi grave avec la semaine de prévention contre le SIDA avec distribution de brochures et de préservatifs (seul moyen efficace de se protéger des IST pour celles et ceux qui ont des rapports sexuels). A Montivilliers, l’élue en charge de la jeunesse a manifesté son désaccord à la mise à disposition de préservatifs. Nous voulons ici dénoncer ce positionnement ô combien dangereux à l’heure de la recrudescence de l’épidémie. Soulignons que cette prise de position extrême n’est pas partagée par l’ensemble des élus de droite et à cet égard, nous remercions notamment les adjointes qui sont intervenues pour permettre que l’action de prévention puisse de se poursuivre.

    Au travers de cet épisode qui s’ajoute à d’autres sur la culture et la jeunesse, n’y aurait-il pas clairement un problème de choix de personne pour exercer ce mandat ?

    En tant qu’élus de gauche, nous tenons ici à rappeler notre opposition la plus ferme à tous les extrémismes qu’ils se réclament des idéologies religieuses ou des mouvances politiques n’ayant que la haine de l’autre comme horizon. L’intolérance est un phénomène qui a connu un regain dans notre société. La Loi du « mariage pour tous » a révélé les archaïsmes les plus profonds. La remise en cause d’un droit fondamental pour les femmes comme celui à l’avortement sont tout aussi inquiétants. Le racisme, l’homophobie, l’antisémitisme et la xénophobie vont croissant portés par des groupuscules mais aussi par des formations politiques qui ont pourtant pignon sur rue.

    Contrairement à ce qu’elle veut faire croire, l’extrême droite n’a pas changé. Elle profite des doutes qui existent et des incertitudes qui gagnent notre société. Osons le dire et le répéter : il ne faut pas se résoudre à se laisser berner et endormir par le FN, parti d’extrême droite, qui n’apporte que des fausses solutions. Le FN, cette entreprise familiale, prospère non pas pour s’intéresser au quotidien des habitants, c’est bien là son dernier souci !

    Nous en avons un exemple à Montivilliers avec l’élu d’extrême droite qui s’est présenté aux législatives en 2012 dans le Calvados, aux municipales en mars dans notre ville et qui a été tête de liste aux européennes en Bretagne-Vendée !

    Pour vous en convaincre, il suffit de lire sa précédente tribune dans laquelle il n’a parlé que de lui en remettant en cause, de manière honteuse, le service communication qui est pourtant exemplaire dans son travail et son sérieux. Toujours la même tactique de s’en prendre aux autres pour mieux masquer son propre vide !

    Croyez-vous, chers Montivillons, que le FN s’intéresse à vous ? Que nenni !

    Le représentant de l’extrême-droite au conseil municipal nous en a donné l’occasion en séance d’octobre. Il s’est opposé la création d’un conseil municipal des jeunes. Il ne perçoit pas les enfants comme des citoyens en devenir. Selon lui, ils n’ont rien à dire et ne doivent pas se mêler de la vie de la cité. Au contraire, nous, nous pensons que c’est un moyen de leur faire confiance et de les aider à se faire leur place dans la vie.

    Sur ce sujet d’ailleurs, nous voulions dire que nous approuvons certaines initiatives de la majorité de droite, par exemple le conseil municipal des jeunes ou le conseil économique et social municipal. Nous le faisons d’autant plus volontiers que ces propositions figuraient dans le programme que nous avions élaboré de manière collective. Cela ne nous pose pas de problème que la droite vienne s’inspirer de notre travail.

    Cela nous amène à évoquer un point sur lequel le maire de la ville n’est pas à l’aise : la démarche participative. Nous l’avions déjà dit lorsqu’il censure la diffusion des décisions du bureau municipal à l’ensemble des élus (il est vrai que comme cela il peut tout diriger sans contestation possible). Nous le constatons à nouveau sur les projets d’urbanisme. Ce n’est pas spontanément que le maire a organisé une réunion publique avec les riverains sur le projet de 59 logements situés au 48 rue Victor Lesueur. Nous l’avions préconisée en conseil municipal de septembre. De manière unanime, chacun dénonce le projet du promoteur : hauteur des constructions, sécurité, circulation et stationnement déjà difficiles dans la rue, impact sur la nature (arbres et ruisseaux) … Nous encourageons le maire à tout mettre en œuvre pour contrecarrer ce projet.

    La fin d’année oblige à regarder dans le rétroviseur et de constater les mauvais coups que le maire UMP et son équipe ont déjà portés à notre belle ville :

    • augmentation de 13% des indemnités des adjoints

    • Suppression du projet de salle de spectacles culturels

    • Baisse de 53% de la subvention allouée à l’épicerie sociale pour les plus modestes

    • Fragilisation du pouvoir d’achat des familles en leur facturant les temps d’activités pédagogiques et instauration sans concertation du samedi matin pour les enfants

    Vraiment nous voyons bien que la Droite et la Gauche ce n’est pas pareil. En mars prochain, ce sont les élections départementales. Dans notre canton, les Montivillons voteront pour élire leurs représentants pour les défendre au Département de Seine-Maritime. Il vous faudra vous souvenir et choisir des élus proches de vous !

    A l’heure de la rédaction de cette tribune, nous apprenons avec tristesse la disparition de Laurent Lebarq qui a été élu au Conseil Municipal de 1989 à 2008 sous les mandats de Michel Valléry et de Gabriel Banville. Il était une figure connue et appréciée dans la cité des Abbesses. Durant 16 années, il fut Adjoint au Maire chargé des Sports et des associations non culturelles. Les responsables de l’Office municipal des Sports, les sapeurs-pompiers, les présidents des associations savaient que son bureau était toujours ouvert. Nous avons une pensée pour son épouse Fabienne, ses trois filles Delphine, Laëtitia et Mélanie et ses petits-enfants.

    Nous restons à votre disposition et vous disons à très bientôt.

    Bien cordialement,

    Les élus de l’Opposition de gauche

    Jérôme DUBOST (Parti Socialiste) – Martine LESAUVAGE (Société civile) – Pascal DUMESNIL (Parti Socialiste) – Nada AFIOUNI (Parti Socialiste) – Fabienne MALANDAIN (Europe Écologie Les Verts) – Nordine HASSINI (Parti Socialiste)



  • Notre tribune parue dans le journal de l’été 2014

    ecrireMadame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    Tout comme vous, c’est dans la presse locale que nous avons appris l’enterrement du projet des salles de cinémas / spectacle par le maire UMP de Montivilliers. Sachez qu’il n’y a eu aucune discussion en commission ou en conseil municipal, ce qui correspond à une vision minimaliste de la démocratie locale par la droite. Pour un projet de cette ampleur et qui intéresse tous les habitants, la moindre des choses eut été de favoriser les échanges et notamment avec les élus de l’opposition. N’oublions pas que la liste de Daniel Fidelin n’a devancé la liste de Jérôme Dubost que de 230 voix.

    Si le nouveau maire UMP découvre Montivilliers, il ne découvre pas le fonctionnement de la CODAH puisqu’il y siégeait depuis des années en tant que maire de Mannevillette. En ce temps-là, il a toujours approuvé ce projet en votant favorablement à la CODAH. Depuis qu’il s’est installé à Montivilliers, revirement de situation, il n’en veut plus.

    Qui en fait les frais ? Le contribuable car ce projet a déjà coûté 750 000 euros en études diverses et frais d’architecte. Abandonner ce projet, c’est tout simplement jeter par les fenêtres les sommes déjà dépensées ! En période de crise, est-ce montrer l’exemple et le sérieux budgétaire ? Regrettable. Mais souvenons-nous que la première mesure prise par la droite juste après son élection à Montivilliers a été de décider d’augmenter les indemnités des élus !

    Le projet que veut enterrer l’UMP vise à construire 4 salles de cinéma dont une des salles pourrait également accueillir des spectacles « vivants » avec une capacité d’accueil de 570 places assises. Pour un coût total de 9,7 millions d’euros, la CODAH finance la partie cinéma. La Ville de Montivilliers prend à sa charge la salle de spectacles qui coûte 2,3 millions auquel il convient de soustraire les 800 000 euros de subvention du Conseil Régional.

    Au final, l’investissement par notre commune est de 1,5 millions pour un équipement appelé à durer sur plusieurs générations. Pour information, ce type de projet coûte environ 10 millions d’euros. Il s’agit donc, sur un plan financier, d’une opportunité unique pour Montivilliers, la 2ème ville de l’agglomération havraise de disposer d’une salle de spectacle digne de ce nom.

    En matière de fonctionnement, l’opération est également très favorable pour la Ville. En effet, l’exploitant des salles de cinéma aura pour mission de faire vivre l’ensemble du bâtiment tout au long de l’année et de le rendre économiquement viable. Ce dossier a été instruit de manière sérieuse sur la base d’une fréquentation annuelle de 90 000 spectateurs. Combien sommes-nous aujourd’hui à ne plus nous rendre au cinéma depuis la fermeture des Gaumont de Montivilliers en 2009 ?

    Depuis des années, les Montivillons sont dans l’attente de retrouver un cinéma dans leur commune !

    Avec une salle de spectacles, la ville de Montivilliers pourrait offrir une programmation culturelle diversifiée, originale et sans concurrence avec les villes voisines.

    Montivilliers pourrait affirmer son identité mais telle n’est pas l’ambition de la droite !

    Sans salle de spectacle, il sera difficile de « réveiller Montivilliers » comme le claironnait la candidat de la droite durant la campagne électorale et nous redoutons que notre ville ne devienne une commune dortoir.

    Et que venons-nous d’apprendre récemment ? La ville du Havre lance son projet de centre de congrès comportant aussi une salle de spectacles de 400 places ! Est-ce le pur hasard ? Notre commune abandonne un projet ficelé de longue date quand Le Havre sort le sien. Le maire UMP de Montivilliers aurait-il cédé devant le maire UMP du Havre ?

    Abandonner ce beau projet, c’est tout simplement jeter l’argent par les fenêtres (750 000 euros déjà dépensés). Enterrer ce projet ambitieux, c’est perdre la subvention de la Région Haute Normandie (800 000 euros).

    Abandonner ce projet oblige à reprendre la procédure administrative depuis le début.

    Combien ces études vont-elles encore nous coûter ? Avons-nous l’assurance que ces cinémas verront le jour à Montivilliers ?

    Ne pas saisir l’occasion qui nous est offerte aujourd’hui constitue une faute majeure car « le train ne passera pas deux fois ». Cette opportunité, à moindre coût pour les finances de la ville, nous permettrait de renforcer l’identité culturelle de Montivilliers avec des équipements de qualité et complémentaires, et ce pour les générations futures.

    Il est encore temps pour le maire UMP de ne pas priver notre ville de ces cinémas/salle de spectacle ! Nous vous invitons à le questionner sur ce dossier.

    Nous profitons de cette tribune pour vous informer des méthodes utilisées par la droite à Montivilliers. Le règlement intérieur du conseil municipal a été modifié avec la suppression de la diffusion du compte rendu du bureau municipal à l’ensemble des élus. Il s’agit d’une première à Montivilliers qui a eu cette tradition démocratique de tenir informés les élus des décisions prises dans la gestion des affaires courantes.

    Nous constatons que malgré les promesses de collaboration du maire UMP avec l’ensemble des élus du conseil municipal, nous ne sommes pas tenus au courant des décisions importantes prises dans la gestion de la ville.

    Il est fort désagréable pour des élus qui représentent presque la moitié des électeurs de la commune d’apprendre par voie de presse ou par la rumeur publique certaines décisions de la majorité. Nous n’avons pas vocation à les contester toutes, telle n’est pas notre démarche. Que faut-il comprendre de cette volonté de dissimuler ou tout du moins de restreindre ainsi la diffusion des décisions du bureau Municipal ?

    Certains adjoints de droite siégeaient précédemment dans l’opposition. Ils étaient à l’époque destinataires des décisions prises et pouvaient ainsi répondre en toute transparence aux questionnements des Montivillons. Cette méthode traduit là encore une différence entre la droite et la gauche !

    Pour nous contacter, vous pouvez nous adresser un courrier en mairie : chaque conseiller dispose d’un casier à son nom. Vous pouvez aussi nous écrire un mail : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

    Nous restons à votre entière disposition et vous disons à très bientôt.

    Bien cordialement,

    Les élus de l’Opposition de gauche

    Jérôme DUBOST (Parti Socialiste) – Martine LESAUVAGE (Société civile) – Pascal DUMESNIL (Parti Socialiste) – Nada AFIOUNI (Parti Socialiste) – Fabienne MALANDAIN (Europe Ecologie Les Verts) – Nordine HASSINI (Parti Socialiste)



  • La 1ère tribune de notre groupe municipal

    Madame, Monsieur,

    Chers habitants de Montivilliers,

    Comme tant d’autres villes dans notre pays, Montivilliers a basculé à droite le 30 mars 2014.

    La grande gagnante fut l’abstention puisque 4 habitants sur 10 n’ont pas souhaité s’exprimer lors de ce scrutin local pourtant si décisif pour notre quotidien.

    Avec un écart de seulement 233 voix entre la gauche et la droite, c’est la liste de droite de Monsieur Fidelin qui est donc sortie majoritaire des urnes.

    Nous remercions les 3 095 femmes et hommes qui nous ont fait confiance en nous apportant leur suffrage à l’issue d’une campagne que nous avons menée d’une manière digne, respectueuse et constructive. Au contexte local de division de la gauche, il faut ajouter un mécontentement profond de la part des électeurs au niveau national. Si cette vague bleue a balayé tant de municipalités de gauche, chacun aura noté qu’il n’y a eu à Montivilliers ni plébiscite, ni engouement autour de la candidature de l’ancien maire de Mannevillette. Nous prenons acte du résultat : 46 % à 43 %.

    L’extrême droite a été présente pour la 1ère fois dans notre commune avec près de 15 % des voix au 1er tour et 10 % au second. Tout le monde aura compris que les 279 voix des électeurs du FN se sont reportées sur le candidat UMP.

    Encore un mot à propos du FN pour dire qu’une plainte a été déposée contre le parti d’extrême droite par une habitante pour escroquerie. Il appartiendra à la Justice de trancher. Ce qui interpelle, c’est que de nombreuses affaires de ce type sont apparues avec des habitants qui semblent avoir découvert leur nom sur une liste. De telles méthodes sont une illustration de fait que ce parti n’est pas comme les autres. D’ailleurs, avez-vous constaté du côté de l’extrême-droite l’existence d’un programme ? Avez-vous eu l’occasion de reconnaître les visages des colistiers ? Savez-vous que la tête de liste à Montivilliers se présente aux élections européennes dans l’Ouest donc loin de Montivilliers ?

    Avec la liste « Agir ensemble pour Montivilliers », nous avons fait une campagne active au plus proche des préoccupations des habitants sur les sujets que nous avons considéré comme prioritaires : l’éducation, les solidarités, le développement durable, la culture, l’amélioration du cadre de vie, la vie associative et sportive, la défense des commerces et la concertation avec les habitants. C’est avec passion et enthousiasme que nous sommes allés à votre rencontre.

    Nous avons noué un rapport de confiance avec les Montivillons et cela nous engage comme élus de l’opposition dans le mandat 2014/2020. Vous êtes très nombreux à nous avoir adressé des messages de soutien et d’encouragement après le résultat des élections. Sachez que nous y sommes sensibles.

    Face à la droite, nous serons particulièrement vigilants.

    Jérôme DUBOST sera également le représentant de la gauche montivillonne au sein de la CODAH et s’impliquera dans les intérêts de Montivilliers en lien avec l’ensemble des autres élus communautaires.

    Lors de la première séance du 5 avril qui fut l’occasion d’adresser nos félicitations républicaines au nouveau maire, nous avons rendu hommage à Christian LAPEL qui fut élu de Montivilliers. Chef d’établissement scolaire, homme de caractère, cultivé, militant, il fut également le président de l’association de jumelage Montivilliers – Nasseré. Il continuait d’ailleurs, avec son épouse, d’aller régulièrement au Burkina Faso où il avait des attaches. Homme attaché aux valeurs de la République, aux valeurs de gauche, Christian se caractérisait par son humanisme, son plein engagement et sa rigueur dans tout ce qu’il entreprenait. Nous avons adressé à Denise et à ses enfants nos plus profondes condoléances.

    Pendant le conseil municipal du 14 avril, notre groupe n’a pas eu d’autre choix que d’intervenir alors que nous avions prévu de laisser le temps à la nouvelle équipe de droite de découvrir les dossiers et de s’installer. Nous ne pouvions passer sous silence la première décision budgétaire prise par le maire UMP. Alors que chacun doit se serrer la ceinture, le maire a fait le choix d’une augmentation des indemnités des adjoints de 13 % ; celle des conseillers délégués (qui passent de 3 à 4) est augmentée de 21 % !

    Comble de l’ironie, l’un des nouveaux postes de conseiller délégué créé est celui qui a en charge les économies budgétaires … voilà qui commence bien mal !

    C’est un très mauvais signe qui a été donné aux Montivillons pour débuter ce mandat. Comme beaucoup, nous demandons : est-ce vraiment cela « le Renouveau » ?

    Les efforts s’imposent à tous. Nous l’entendons partout, il y a une nécessité d’être rigoureux dans toutes les dépenses publiques. Il est parfaitement incompréhensible d’augmenter ainsi des indemnités ! Si nous avions été élus, notre choix aurait été de rester, au centime près, dans le cadre de l’enveloppe budgétaire initiale. Cette idée ne nous serait même pas venue à l’esprit tant nous aurions eu à cœur de travailler rapidement et sérieusement sur les dossiers importants pour Montivilliers.

    Nous aurions eu d’autres priorités que celle-ci ; c’est aussi cela la différence entre la droite et la gauche !

    Surpris de découvrir cette initiative, nous avons posé 3 questions :

    -         Tous les élus ont-ils été informés de cette augmentation des indemnités ?

    -         Sur quelle ligne budgétaire et donc sur quel service cette somme supplémentaire va-t-elle être prise ?

    -         Après l’augmentation des indemnités des élus, le maire envisage-t-il de revaloriser le salaire du personnel communal et prioritairement pour celles et ceux des employés municipaux qui ont les plus bas salaires ?

     

    La seule réponse du maire a été de nous dire que 13 % est une « augmentation modeste ». Chacun appréciera et pourra le lui rappeler.

    Pour les prochaines séances, nous espérons du maire et de la majorité de droite qu’ils reviennent à davantage de sobriété et plus sérieusement à des sujets qui concernent l’avenir de Montivilliers et le quotidien de nos concitoyens. 

    Nous sommes des élus disposés à travailler de concert dans tous les domaines et à apporter notre contribution au débat démocratique. 

    Notre Opposition se veut déterminée, sérieuse et constructive. Nous sommes des élus responsables qui connaissons et aimons notre ville, nous l’avons démontré durant la campagne. La droite est aux commandes, c’est le choix d’une courte majorité de Montivillons et nous en prenons acte.

    En conseillers d’opposition, nous réagirons quand nous l’estimerons nécessaire mais notre volonté est d’agir dans un esprit responsable et républicain.

    Pour nous contacter, vous pouvez nous adresser un courrier en mairie : chaque conseiller dispose d’un casier à son nom. Vous pouvez aussi nous écrire un mail : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com

    Nous restons à votre entière disposition et vous disons à très bientôt.

    Bien cordialement,

    Les élus de l’Opposition de gauche

    Jérôme DUBOST (Parti Socialiste) – Martine LESAUVAGE (Société civile) – Pascal DUMESNIL (Parti Socialiste) – Nada AFIOUNI (Parti Socialiste) – Fabienne MALANDAIN (Europe Ecologie Les Verts) – Nordine HASSINI (Parti Socialiste)




Powered by TROTTYZONE.